La fin du journal? Informer et s'informer, du papier au numérique

Dans le cadre du cycle de débat "Cultures Croisées" Goethe-Institut Organisé par ProCultura et le FICEP

Avec : Afonso Camões, Président de la Lusa (agence portugaise de presse) ; Christoph Keese, vice-président du groupe Axel Springer SE Berlin (à confirmer); Philippe Kieffer, journaliste et producteur, co-auteur du documentaire Presse: Vers un monde sans papier ; Armelle Thoraval présidente de l’Open Internet Project ; Vincent Peyrègne, directeur général de l’association mondiale des Journaux et Editeurs de Médias d’Information 

Modération : Joachim Umlauf, directeur du Goethe-Institut et David Fajolles, directeur des Etudes de ProCultura

Ouverture du débat avec Daniel Janicot, Président de ProCultura. 

Partout en Europe, à l’instar de l’Amérique du Nord, le monde de la presse, de nos grands quotidiens aux titres régionaux en passant par les magazines, est confronté à un bouleversement sans précédent. Tablettes, smartphones, ordinateurs portables : par le développement des supports numériques et mobiles, une culture de l’écran émerge et vient rebattre les cartes du monde de l’information et de l’écrit, dans lequel pénètrent de plus en plus les contenus audiovisuels.

Les symptômes s’accumulent depuis plusieurs années : d’un côté, des restructurations pour la plupart des grands titres, de Libération à la Frankfurter Allgemeine Zeitung, la redistribution des recettes publicitaires vers le numérique et la baisse des marges du papier, les reprises de titres de magazines qui s’échangent à un rythme accéléré entre grands groupes, les mutations des agences de presse, l’évolution du cadre réglementaire et fiscal, la crise de la distribution avec les fermetures de kiosques et de marchands de journaux ; de l’autre, la montée en puissance de nouvelles offres comme les kiosques numériques, du référencement des articles en ligne, et bien sûr du rôle joué par les acteurs globaux de l’Internet, en particulier Google, dans cette grande conversion qui concerne autant les pratiques (s’informer) et les métiers (informer) que les modèles économiques de la presse - caractérisés par une forte instabilité des offres en ligne, du gratuit au payant en passant par le freemium, pendant que des titres tout en ligne tentent d’affirmer leur percée.

Du journal papier du matin aux pure players, entre Google et les grands groupes de presse, nos débats nationaux sur cette part essentielle de nos démocraties et de notre citoyenneté prennent souvent les mêmes formes et comportent des ingrédients récurrents, où l’on retrouve les figures de la nostalgie (c’était mieux avant), du plaidoyer pour l’innovation qu’on aimerait salvatrice, de la condamnation des nouveaux luddites et de la résistance au changement technologique, de l’appel aux aides publiques qu’on stigmatise parfois comme des rustines obsolètes. Les « dinosaures de l’analogique », pour reprendre l’expression de Mathias Döpfner (groupe Axel Springer), sont-ils condamnés à l’extinction ou à l’adaptation ? Cultures Croisées propose pour cette séance de mettre en perspective l’état du débat dans trois Etats membres de l’Union européenne : le Portugal, l’Allemagne et la France. 

 

En partenariat avec le Goethe-Institut et le Centre cutlurel Camoes

Informations pratiques

Lieu : Goethe-Institut, 17 avenue d'Iéna, 75116 Paris

Tarif : Entrée libre

Réservation conseillée : contact@ficep.info 

Télécharger Téléchargez le flyer de la manifestation